entre-


entre-

entre- Élément, du lat. inter.
1Servant à former des noms désignant l'intervalle, la partie située entre deux choses ( inter-; entracte, entrefilet), désignant une action mutuelle (entraide, entrevue).
2Servant à former des verbes indiquant une action réciproque (s'entraider, s'entrelacer) ou une action qui ne se fait qu'à demi (entrebâiller, entrouvrir, entrevoir).

entre- Préfixe, du latin inter, exprimant la réciprocité ou l'action mutuelle (entraide), l'intervalle (entrefilet), l'idée de « à demi, imparfaitement » (entrevoir).

entre-
V. entr(e)-.
————————
entr(e)-
Préf., du lat. inter.
d1./d Exprimant l'espace, l'intervalle qui sépare deux choses. Ex.: entracte.
d2./d Exprimant la réciprocité. Ex.: s'entraider, s'entrechoquer.
d3./d Exprimant une action qui ne se fait qu'incomplètement. Ex.: entrebâiller, entrapercevoir.

⇒ENTRE-, préf.
I.— Entre- a un sens local.
A.— Entre- + verbe
1. Entre- + verbe signifiant « ouvrir » ou « fermer ». Entre- signifie « en créant un petit intervalle » et p. ext., « un peu, à peine » : entrebailler, entrouvrir, entre(-)fermer.
Entre- signifie « par intervalle » : entrecouper, entrelarder et :
entre-sauter. Le cœur me fendit. J'essayai d'ouvrir les lèvres pour lui dire bonjour et adieu, au moins sans rancune; mais je ne pus pas, la poitrine m'entre-sautait (LAMART., Tailleur pierre, 1851, p. 478).
2. Entre- + verbe impliquant une perception. Entre- signifie à la fois « au travers de » et, par effet de sens, « à peine, fugitivement ». V. entr'apercevoir, entrelire, entreluire, entrevoir et :
entr'apparaître. Enfin, au milieu de ces femmes voilées, Marie-Ange en blanc, entr'apparaissait de loin en loin, telle une pâquerette entre des termitières (DRUON, Gdes fam., t. 1, 1948, p. 102).
[Avec des verbes de sens abstr. :]
entre-savoir. Dans la mesure où le je-ne-sais-quoi nous donne le quod à entrevoir ou à entre-savoir (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957, p. 102).
entre-vivre. Car le fait-que n'est pas donné pour être su, ni même vécu, mais entrevécu (JANKÉL., Je-ne-sais-quoi, 1957 p. 58).
B.— Entre- + subst.
1. Le composé désigne la jointure des deux cuisses, de deux doigts, du bras au tronc, etc. V. entre-cuisse, entrejambe et :
entre-bras. Il regarde la poitrine de Julia, les jeunes épaules, les poils qui frisottent hors de l'entre-bras (GIONO, Gd troupeau, 1931, p. 149)
entre-doigt. Il n'a pas [le petit goéland] du tout la peau d'entre-doigts (LOTI, Mon frère Yves, 1883, p. 185). Cette petite herbe lui suce l'entre-doigt avec ses langues froides (GIONO, Gd troupeau, 1931 p. 144)
entrefesson. « Le périnée ». On doit présentement beaucoup suer dans l'entrefesson, sur le boulevard? (FLAUB., Corresp., 1861, p. 269)
entre-seins. L'ombre secrète de son entre-seins (GONCOURT, Journal, 1867, p. 392)
2. Le composé désigne un espace déterminé par deux choses de même nature entre-fenêtre, entrefer, entrepont, entresol et :
entre-créneaux. Des entre-créneaux penchés, qui ne doivent leur précaire existence qu'aux branches vivaces et nerveuses du lierre (CRÈVECŒUR, Voyage, t. 1, 1801, p. 220)
entre-marches. « Partie montante entre deux marches ». La faible hauteur des entre-marches et (...) la largeur des degrés (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933, p. 20)
entre-solives. Les innombrables interstices et les incomptables fentes qui fissuraient les entre-solives (MALÈGUE, Augustin, t. 1, 1933 p. 198)
entre-strophes. Il ne faut compter, à cause des alinéas, des chiffres et des entre-strophes qu'environ 20 vers par page (HUGO, Corresp., 1853, p. 164)
entre-voie. « Espace compris entre les deux rails intérieurs de deux voies ferrées ». Lorsque le cheval doit pouvoir repasser la tête en queue du convoi, il est nécessaire de laisser à l'entre-voie une largeur suffisante (HATON DE LA GOUPILLIÈRE, Exploitation mines, 1905, p. 696).
II.— Entre- marque la réciprocité.
A.— [Le composé est un verbe.]
[Le verbe a un suj. de l'animé :]
entr'aimer (s'). Jamais noce ne fut si joyeuse jamais gens si heureux, de longtemps s'entr'aimant, s'étant promis d'enfance (COURIER, Pamphlets pol., 1823, p. 181)
entre-appeler (s'). Elle et sa sœur s'étaient promis de s'entre-appeler aussitôt que l'une aurait devancé l'autre (CHATEAUBR., Mém., t. 1, 1848, p. 37)
entre-assassiner (s'). Tout le monde s'entre-assassinait peu ou prou (ROMAINS, Hommes bonne vol., 1938, p. 200)
entre-baiser (s'). En ce point vague de l'espace Où le ciel et les flots amers S'entre-baisent dans les jours clairs (M. DE GUÉRIN, Poésies, 1839, p. 121)
entrebattre (s'). Voir les puissances européennes s'entrebattre n'a rien que d'agréable pour des hommes d'état orientaux (GOBINEAU, Corresp. [avec Tocqueville], 1855, p. 237)
entreblesser (s'). La manière dont s'entreblessent deux femmes, fussent-elles amies en apparence ou même en réalité (AMIEL, Journal, 1866, p. 374)
entre-crier (s'). Les gens s'entre-crient, le nez à leur porte :« il doit en faire un temps dans la montagne » (POURRAT, Gaspard, 1925, p. 85)
entrefuir (s'). Les hommes s'entrefuient et les goûts de chaque âge amènent la dispersion de tous les co-habitants (AMIEL, Journal, 1866p. 181)
entre-haïr (s'). Garde ta lyre à l'espérance et laisse-les s'entre-haïr (LAMART., Corresp., 1830, p. 74)
entrejuger (s'). Les âmes infaillibles se sont entrejugées (MAETERL., Trésor humbles, 1896, p. 122)
entremanger (s'). Il a fait les hommes qui s'entre-mangent (MAUPASS., Contes et nouv., t. 2, Moiron, 1887, p. 1149)
entre-poignarder (s'). Les théâtres du boulevard du crime où, pendant la soirée, s'étaient entre-poignardés à l'envi tous les Médicis, tous les Salviati (VILLIERS DE L'I.-A., Contes cruels, 1883, p. 216)
entre-supporter (s'). Une famille dont les individus s'entre-supportent mutuellement (BERN. DE ST-P., Harm. nature, 1814, p. 57)
entrevisiter (s'). On s'entrevisitait, on se donnait des fêtes (BARANTE, Hist. ducs Bourg., t. 2, 1821-24, p. 187)
entrexaminer (s'). Les gosses s'entrexaminent et se lancent des boulettes de papier ou des bouts de sucette gluants (QUENEAU, Loin Rueil, 1944, p. 38).
♦ [Le verbe a un compl. d'obj. :]
entredonner (s'). Je ne serais pas surpris que mes malheureux compagnons l'employassent à s'entredonner la mort (LAS CASES, Mémor. Ste-Hélène, t. 2, 1823, p. 482). Aux coups que leurs voisins peuvent s'entredonner (GOBINEAU, Corresp. [avec Tocqueville] 1851, p. 167)
entr'offrir (s'). Les économies que les Parisiens font pour s'entr'offrir des étrennes ou s'offrir certains petits plaisirs (BLOCH, Dest. S., 1931, p. 124)
entrepartager (s'). Ses amis Suisses qui, privés du superflu, s'entrepartageaient le nécessaire (MARTIN DU G., Thib., Été 14, 1936, p. 123).
[Le suj. est de l'inanimé :]
entre-adapter (s'). Cette description révèle nécessairement des unités inégales; elles ne s'entre-adaptent pas simplement les unes aux autres sous la loi du prix, elles s'entre-influencent et s'entremodifient les unes les autres (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 194)
entrecouvrir (s'). Les apophyses obliques, qui s'entrecouvrent comme des tuiles (CUVIER, Anat. comp., t. 1, 1805, p. 175)
entre-déduire (s'). Quantités algébriques qui s'entre-déduisent (PROUDHON, Propriété, 1840, p. 315)
entre(-)détruire (s').(entre détruire , entre-détruire ) Des systèmes qui s'entredétruisent (COUSIN, Hist. philos. XVIIe S., 1829, p. 28)
entr'engager (s'). Si le cœur et la chair ne s'entr'engageaient point (GIDE, Si le grain, 1924, p. 552)
entre-frotter (s'). Il y a aussi des femmes qui ont les genoux rentrés, si bien qu'ils s'entre-frottent à chaque pas qu'elles font (MAUPASS., Contes et nouv., t. 1, Fen., 1882, p. 886)
entretisser (s'). Dont les trames s'entretissent (VALÉRY, Variété I, 1924, p. 77)
entrevaloir (s'). Ces deux mariages (...) s'entrevalent (MALLARMÉ, Corresp., 1862, p. 55).
Rem. 1. Le composé est toujours à la forme pronom. Seule exception : entrelier. Averties par un secret instinct de leur grâce à entrelier leurs mouvements, elles se montraient constamment enlacées (FRANCE, Pt Pierre, 1918, p. 96). D'une nation à l'autre, les firmes sont entreliées par les prix et les flux de marchandises et de capitaux (PERROUX, Écon. XXe s., 1964, p. 590). 2. Le verbe de base doit admettre la constr. pronom. L'ex. suiv. est agrammatical. Leurs têtes se touchaient, leurs mains se mêlaient, ils s'entre-riaient (POURRAT, Gaspard, 1930, p. 251).
B.— [Le composé est un subst. verbal] V. entrechoc, entrechoquement, entrecoupement, etc. et :
entreclaquement. Toujours un oiseau qui chante et dont le chant est dans ce silence comme le bourdon de Notre-Dame; et au loin, l'entreclaquement imperceptible de branches d'arbres (GONCOURT, Journal, 1890, p. 1134)
entre-possession. La victoire de l'homme sur la femme et l'entre-possession de l'égoïsme et de la jalousie (CLAUDEL, Part. midi, 1906, III, p. 1056).
Rem. Noter l'évocation au XIXe s. du vx mot entreparleur. « Interlocuteur ». Écrire ce grand nom au catalogue de comédiens oubliés, entre-parleurs (comme on disait alors) dans des pièces encore peu oubliées (CHATEAUBR., Litt. angl., t. 1, 1838, p. 269). Les entreparleurs, nous dit Pasquier, sont tous hommes de nom; les Jodelle, les Remi Belleau, les Jean de La Péruse, y prennent eux-mêmes les rôles principaux; et, quand le dernier acte s'est terminé au milieu des applaudissements, auteurs et acteurs partent gaîment pour Arcueil (SAINTE-BEUVE, Poésies, 1829, p. 209).
Vitalité et productivité. Au sens spatial, le préf. entre- n'a une productivité rel. en fr. mod. que pour les subst. En revanche entre- marquant la réciprocité, sans connaître la même disponibilité qu'en moy. fr., est resté un type de formation très vivant au XIXe s. Il semble, d'apr. les formations relevées dans le corpus littér. du TLF, dont on a donné ci-dessus un large échantillon, que sa productivité soit plus faible au XXe s. GILB. 1971 ne signale comme néol. que le subst. entre-dévorement.
Prononc. et Orth. :[-].
I.— Trait d'union, apostrophe (pour rappeler au lecteur les 2 composants du mot tout en marquant leur union) ou soudure.
A.— Devant voyelle. Il y a traditionnellement élision du e qu'on remplace par une apostrophe. Dans certains cas l'apostrophe est supprimée et les 2 termes sont soudés. Ex. entr'aimer/entraider.
B.— Devant consonne. On rencontre, logiquement, un trait d'union qui s'efface progressivement au profit de la soudure. De même que pour contre- aussi bien pour la suppression de l'apostrophe (A) que pour celle du trait d'union (B) il ne semble pas, à priori, exister de règle précise. On peut, à la rigueur, avancer que plus un terme est courant, plus la soudure est attestée tôt dans les dict. dont Ac. au fil des éd. successives. Si l'on compare entr'aimer (littér.) et entraider (cour.), le 1er garde l'apostrophe encore ds Ac. 1932 alors que le second la voit disparaître dès Ac. 1878. N. CATACH, J. GOLFAND, R. DENUX Orth. et lexicogr., Paris, Didier, t. 1, 1971, p. 71, observe : ,,Il semble même (...) qu'un scrupule tardif fasse parfois revenir à l'orth. ancienne d'une édition à l'autre`` (sans justification). Effectivement, on relève entrechoquer, soudé de 1694-1740, avec un trait d'union de 1762-1878 et, à nouveau, soudé en 1932; entremanger, soudé ds Ac. 1718 et 1932, avec un trait d'union ds Ac. 1740-1878; entretailler, soudé ds Ac. 1694-1740 puis 1932, avec un trait d'union ds Ac. 1762-1878. Ceci correspond, peut-être, à une tendance générale de Ac. qui, ignorant le trait d'union dans les premiers temps, l'utilise assez facilement ensuite pour entériner finalement la tendance mod. à la soudure. N. CATACH, op. cit. est, elle-même, très favorable à la soudure sauf dans des cas extrêmes où celle-ci est impossible pour des raisons graph. Ex. entre-deux-guerres dans lequel on ne peut supprimer x. Il s'agit, en outre, d'un composé de 3 éléments, difficile à souder. Pour ces cas N. CATACH, (ibid.) propose de laisser des blancs. Lorsque entre- est suivi de h aspiré, elle ne voit pas de difficultés à souder, la juxtaposition de e et de h aspiré se rencontrant, ailleurs, en fr. Ex. entrehaïr, entreheurter. Noter, toutefois, que ds les ex. qu'elle donne, ahaner, compréhension, prohiber, souhaiter, la voyelle qui précède h n'est pas [] muet.
II.— Plur. des composés subst. Entre- étant un adv., seul le 2e élément, d'origine nom., reçoit la marque du plur. Ex. des entreponts, etc.
BBG. — DARM. 1877, p. 139. — QUEM. Fichier (s.v. entrefermer).

entre-
Élément, du lat. inter.
———
I Servant à former des noms.
1 Pour désigner l'intervalle, l'espace compris, la partie située entre deux choses ( préf. sav. Inter-).Ex. : entracte, entrecolonne, entrecôte, entrecuisse, entre-deux, entre-fenêtre, entrefilet, entre-jambe, entre-nœud, entre-pilastre, entre-rail, entre-sourcils, entretoile, entre-voie… — Outre les formes ci-dessus, on peut rencontrer des composés plus occasionnels.
1 (…) les entrecolonnements étaient occupés par des cadres ovales (…)
Th. Gautier, le Capitaine Fracasse, t. II, XII (→ Entrecolonne, cit.).
2 (le) rayonnage (…) qui occupait l'entre-fenêtre.
Martin du Gard, les Thibault, t. VII, p. 146 (→ Entre-fenêtre, cit.).
3 Cette petite herbe lui suce l'entre-doigts avec ses langues froides.
Giono, le Grand Troupeau, p. 149, in T. L. F.
4 Entre deux lieux. — Dans la formation des mots, on se sert de entre, inter : entre-filet, entrevoie, entrelarder, entrecroiser, intersyndical, interparlementaire. La préposition essentielle est entre : entre Loire et Seine;entre ciel et terre;entre quatre murs. On dit aussi dans l'intervalle de. Mais cette locution s'applique surtout au temps. L'idée précise de au milieu s'exprimait autrefois par emmi : (…) Emmi a disparu; parmi est resté (…)
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 429.
5 Depuis le XVIIe s., ces composés ont beaucoup diminué de nombre; mais la particule entre est toujours vivante et féconde, et il est fâcheux qu'on lui substitue inter, pris tout cru à des composés latins : les commissions interministérielles, les entrevues interparlementaires.
F. Brunot, la Pensée et la Langue, p. 332.
2 Pour désigner une action mutuelle : entraide, entremêlement, entrevue…
REM. Ces substantifs sont tous dérivés de verbes.
———
II Servant à former des verbes.
1 Pour indiquer que l'action est réciproque. Un (l'un, l'autre); mutuellement.REM. Ce type de formation étant très productif, on ne saurait énumérer tous les verbes composés avec l'élément entre-. La liste en serait interminable ou incomplète. On peut citer parmi les plus usuels : S'entraccorder, s'entraccuser, s'entradmirer, s'entraider, s'entr'aimer, s'entre-baiser (ci-dessous, cit. 7), s'entrebattre, s'entre-caresser, entrechoquer, entrecroiser, s'entrecommuniquer, s'entre-déchirer, s'entre-détruire, s'entre-dévorer, s'entre-donner (qqch.), s'entre-frapper, s'entr'égorger, s'entre-haïr, s'entre-heurter, s'entrelacer, s'entr'embrasser (→ ci-dessous, cit. 11), s'entre-manger, s'entre-nuire, s'entre-percer, s'entre-pousser, s'entre-quereller, s'entre-regarder, entretisser, s'entretuer.
6 Par écrit l'un l'autre se louent,
Et semblent, tant ils s'entreflattent,
Deux vieux ânes qui s'entregrattent.
Clément Marot, Épîtres, « Fripelipes ».
7 Vois sous ce chêne
S'entre-baiser ces oiseaux amoureux.
Molière, le Bourgeois gentilhomme, Ballet des nations.
8 Les deux partis, déchaînés l'un contre l'autre avec la dernière fureur, ressemblaient plutôt à des loups enragés, acharnés à s'entre-déchirer, qu'à des chrétiens et des philosophes qui veulent réciproquement s'éclairer, se convaincre, et se ramener dans la voie de la vérité.
Rousseau, les Confessions, IX.
9 Comme je les voyais souvent ensemble, je leur donnais les noms qu'elles s'entre-donnaient; j'appelais la nièce, ma nièce, et la tante, ma tante.
Rousseau, les Confessions, VII.
10 (…) elle (la société humaine) porte nécessairement les hommes à s'entre-haïr (…)
Rousseau, De l'inégalité parmi les hommes, note 1.
11 Ces créatures féroces, qui ne sont tendues qu'à s'entre-dévorer ou à s'entr'embrasser, vivent ensemble, soumises à des lois qui les gênent dans la satisfaction de cette double et fondamentale concupiscence.
France, la Rôtisserie de la Reine Pédauque, Œ., t. VIII, p. 239.
12 Ils s'entre-regardèrent un instant. Jacques eut un faible haussement d'épaules. Ce soir, demain, qu'importait maintenant ?
Martin du Gard, les Thibault, t. IV, p. 52.
Formation anormale (avec un v. intr.) :
13 — Allons, je te pardonne. Viens dans mes bras.
Le père et le fils s'entre-sanglotent sur l'épaule; les plus nobles sentiments vagissent dans le fond de leur poitrine; c'que c'est émouvant tout d'même, pensent-ils, chacun pour leur compte.
R. Queneau, le Chiendent, p. 371.
2 Pour indiquer qu'une action ne se fait qu'à demi (entrapercevoir, entrebâiller, entrefermer, entre-luire, entrevoir, entrouvrir) ou par intervalles (entrecouper, entrelarder).
14 Était-ce parce que je ne l'avais qu'entr'aperçue que je l'avais trouvée si belle ?
Proust, À la recherche du temps perdu, t. IV, p. 140.
———
III Servant à former des adjectifs.Pour désigner un état partiellement réalisé.
15 (…) croisant ses bras sur sa poitrine, comme pour serrer quelqu'un, elle murmurait : « Oh ! oui, c'est bon ! c'est si bon ! » les paupières entre-closes et à demi pâmée d'ivresse.
Flaubert, l'Éducation sentimentale, II, I, p. 180.

Encyclopédie Universelle. 2012.

Regardez d'autres dictionnaires:

  • entre — [ ɑ̃tr ] prép. • XIIe; lat. inter → inter I ♦ 1 ♦ Dans l espace qui sépare (des choses, des personnes). Les Pyrénées s étendent entre la France et l Espagne. « le pays d entre Sambre et Meuse » (Racine). Herbe qui pousse entre les pierres.… …   Encyclopédie Universelle

  • entre — ENTRE. Préposition de lieu. Au milieu, ou à peu près au milieu. Il étoit assis entre nous deux. Il s est venu mettre entre ces deux hommes qui se battoient. Étampes est entre Paris et Orléans. Entre les deux mers. Entre les deux rives. Ce… …   Dictionnaire de l'Académie Française 1798

  • entre — preposición 1. En medio de, indica la situación de algo o de alguien con respecto a otras dos personas o cosas que tiene a ambos lados: El azucarero está entre la sal y el aceite. 2. Indica situación o localización sin que sea con respecto a… …   Diccionario Salamanca de la Lengua Española

  • entre — ENTRE. prep. Parmy. Il a esté trouvé entre les morts. entre toutes les merveilles de la nature. choisi entre tous les autres. Il signifie aussi, Au milieu, ou à peu prés au milieu. Il estoit assis entre nous deux. entre ces deux extremitez. il s… …   Dictionnaire de l'Académie française

  • entre — 1. Preposición. Cuando denota situación dentro del espacio real o figurado delimitado por las personas o cosas designadas, va seguida de un sustantivo en plural o de dos sustantivos unidos por la conjunción y: Se sentó entre sus hermanos mayores; …   Diccionario panhispánico de dudas

  • entre-nœud — [ ɑ̃trənø ] n. m. • 1797; « articulation » 1487; de entre et nœud ♦ Bot., agric. Partie de la tige comprise entre deux nœuds. Des entre nœuds. ● entre nœud, entre nœuds nom masculin Espace compris entre deux nœuds de la tige d un végétal. ⇒ENTRE… …   Encyclopédie Universelle

  • entre — Entre, penac. Tantost est verbe en la premiere personne, Intro. comme, J entre en l Eglise, Intro in aedem sacram. Tantost est preposition, et vient de cette cy latine; Inter. Comme, Entre toy et moy y a parenté, Inter te et me intercedit… …   Thresor de la langue françoyse

  • entre — (Del lat. inter). 1. prep. Denota la situación o estado en medio de dos o más cosas. 2. Dentro de, en lo interior. Tal pensaba yo entre mí. 3. Denota estado intermedio. Entre dulce y agrio. 4. Como uno de. Le cuento entre mis amigos …   Diccionario de la lengua española

  • entre — prép. entre ; parmi. Entre ieu : en moi même. Entre que, tre que : dès que ; aussitôt que …   Diccionari Personau e Evolutiu

  • entré — entré, ée (an tré, trée) part. passé d entrer. Qui est allé dans. À peine entré dans la maison.    Fig. Jeune homme à peine entré dans la vie …   Dictionnaire de la Langue Française d'Émile Littré


Share the article and excerpts

Direct link
Do a right-click on the link above
and select “Copy Link”

We are using cookies for the best presentation of our site. Continuing to use this site, you agree with this.